Le manteau de Zeus

Jutta Profijt

Französisch / Erwachsene mittelschwer

« Oui, monsieur, c’est noté. On a volé trois voitures sur votre terrain, la police a déjà examiné les lieux … »

Lucien Gagnard entend ces mots en passant par le bureau des collègues, mais il n’y fait pas attention. Seul son subconscient   déclenche une alarme à l’arrière-plan de son cerveau. Ce n’est pas la première fois  qu’il entend parler aujourd’hui de voitures volées. Mais Lucien ne s’arrête pas, parce qu’il est pressé. Monsieur le Directeur, Anselme Deloitte, l’a convoqué.

En arrivant devant le bureau de son supérieur , Lucien dit bonjour à la secrétaire. Il sait bien qu’elle n’apprécie pas ses méthodes de travail, mais cela ne lui fait ni chaud ni froid. Son boulot est assez spécial et c’est pour ça qu’il utilise des méthodes peu conventionnelles. Lucien travaille pour la Société d’Assurance de Métropole et d’Outre-Mer, en bref : SAMO . Il est inspecteur de sinistres et il est le spécialiste des cas les plus délicats. Quand un dossier est louche, que les preuves sont chaotiques ou que la situation est dangereuse, on fait appel à lui. Jamais il n’a laissé une mission inachevée. C’est aussi grâce à ses méthodes, et si la secrétaire de son patron ne veut pas comprendre que les problèmes extraordinaires demandent des solutions pas quotidiennes, c’est comme ça.

« Gagnard, je suis vraiment désolé, mais je dois vous licencier. »

Lucien n’en croit pas ses oreilles. « Votre salaire est plus élevé que celui de vos collègues et c’est pour cela que le directeur des finances a décidé que vous seriez le premier sur la liste des licenciements. »

Lucien reste calme bien qu’il ait l’impression que le ciel lui soit tombé sur la tête. C’est vraiment le monde à l’envers! « Monsieur le Directeur, vous savez que mon salaire se compose d’un montant de base - qui est le même pour tous les inspecteurs, d’ailleurs - et d’une prime de succès. Celle-ci est proportionnelle aux paiements que la SAMO ne doit pas effectuer grâce à mon travail. Je ne touche qu’une petite partie de ce que la SAMO épargne grâce à moi. Je ne vous coûte rien. C’est plutôt le contraire, c’est la SAMO qui fait des économies grâce à moi. »

« Je le sais parfaitement, Gagnard. » Le directeur soupire. « Mais vous savez, la crise … Il faut réduire les coûts et pour des raisons de solidarité, on a décidé de les réduire dans tous les départements. Alors … »

Lucien ne dit pas que Deloitte, le grand patron, aurait pu contredire le directeur des finances. Il aurait pu refuser de licencier l’un des inspecteurs qui démasquent les personnes qui essaient d’escroquer  l’assurance. Lucien et ses collègues permettent à la SAMO d’épargner des millions d’euros. Chacun d’entre eux permet à la SAMO de réaliser des économies correspondant à cinq fois, dix fois ou même cent fois son salaire. Mais comme tous ces arguments sont connus, il ne sert à rien de les répéter.

« Adieu, Monsieur le Directeur », dit Lucien. En quittant le bureau de son supérieur, il remarque un petit sourire malicieux sur le visage de la secrétaire, mais il s’en fiche. Lucien a une bonne réputation dans le secteur, il va certainement trouver un nouvel emploi d’ici la fin de la semaine.

En passant par le bureau des collègues qui reçoivent les déclarations de sinistres, il entend encore la phrase : « … on a volé trois voitures sur votre terrain, la police … »

Lucien se souvient qu’il a déjà entendu cette phrase plusieurs fois ce matin. Il entre dans le bureau. « C’est quoi, cette histoire de voitures ? »

Aysha, une jeune femme aux cheveux noirs et aux yeux verts lui adresse un grand sourire. 

Aufgabe :
Hinweise

Wählen Sie die Antwort aus, indem Sie eines der Bilder anklicken. Sie können diese dann mit dem Button „kontrollieren“ überprüfen.

Welche der jungen Frauen ist Aysha?

« Ça fait déjà huit concessionnaires  de voitures de luxe qui ont subi des cambriolages. Les bagnoles volées sont les plus chères. Marques, modèles, équipements, rien que du haut de gamme. »

« Les mêmes voleurs ? », demande Lucien qui fait semblant de ne pas remarquer que la jeune femme lui fait les yeux doux.

« C’est vous le détective. »

C’était moi, pense Lucien, mais il ne dit rien. Il demande à sa collègue les adresses des concessionnaires, la remercie et quitte l’immeuble en acier et verre sur la rive gauche de la Seine. Avant de partir définitivement, il veut laisser une dernière chance à son employeur.

Comme Lucien n’a pas de voiture, il prend le métro pour aller à la première adresse de la liste des concessionnaires victimes des vols. Un panneau écrit à la main signale que l’entreprise est fermée, mais Lucien voit des personnes dans la grande salle d’exposition. Il frappe à la porte et attend plusieurs minutes jusqu’à ce qu’un jeune homme vienne vers lui.

« C’est fermé aujourd’hui ! »

« Je viens de la part de l’assurance. »

Personne ne demande à Lucien de justifier de son identité, même quand il pose des questions assez détaillées sur la sécurité, la surveillance du terrain et l’endroit où sont gardés les clés et les papiers des voitures. Les papiers et les clés n’ont pas bougé. 

« Les voitures vont quitter le pays aujourd’hui ou demain, alors », dit Lucien. « Elles seront revendues dans une région du monde où les acheteurs de tels véhicules se foutent de l’authenticité des papiers. »

« Aujourd’hui ou demain ? », demande le propriétaire. « Impossible de les retrouver, alors. »

Lucien hausse les épaules et demande à visionner la bande de la vidéosurveillance.

« On ne voit rien, elle a été interrompue », dit le jeune homme qui a ouvert la porte à Lucien, mais celui-ci insiste.

« Regardez », dit Lucien une demi-heure plus tard. Il a regardé la vidéo enregistrée par la caméra extérieure. L’enregistrement commence à l’heure de la fermeture et se termine brusquement à deux heures du matin. Le moment qui intéresse Lucien est vers minuit. La caméra a filmé toutes les voitures se trouvant sur le terrain. « C’est quoi, ces petits papiers ? »

La vidéo de surveillance montre des petits papiers sous les essuie-glaces des trois voitures volées.

« Aucune idée. »

Quelqu’un a marqué les voitures à voler, se dit Lucien dans le métro. Il est en route vers le deuxième concessionnaire de sa liste. Ces marquages prouvent que les voleurs sont une bande bien organisée. Le cerveau décide quelles voitures il faut voler, une ou plusieurs personnes mettent des petits papiers sur les voitures à voler et d’autres personnes viennent les voler. Pourquoi une organisation si compliquée impliquant autant de monde ? C’est à cette question qu’il faut répondre si on veut récupérer les voitures avant qu’elles ne franchissent la frontière. 

Lucien visionne les bandes de la vidéosurveillance chez le deuxième, puis chez le troisième concessionnaire, et à chaque fois il peut distinguer des petits papiers sous les essuie-glaces. C’est le troisième concessionnaire, Gilles Lalande, qui a une bonne nouvelle pour Lucien : la police a récupéré l’un de ces papiers.

« L’inspecteur chargé du dossier a mis le papier dans un sachet en plastique et l’a emporté, il m’en a laissé une photocopie dans l’espoir que je puisse décoder le message. »

« Décoder ? », demande Lucien.

Gilles Lalande fronce les sourcils. « Eh bien, c’est un problème, parce que ça n’a aucun sens. »

Il tend le papier à Lucien.

Aufgabe :
Hinweise

Wählen Sie eine der vorgegebenen Antworten aus. Anschließend können Sie diese mit dem Button „kontrollieren“ überprüfen.

Wie lauten die Anweisungen auf dem Papier?

Va
le

á Fos
Mer
chargement
l´Olympus
zwei Hände stehen für:

0300 - à 03

Lucien regarde le papier pendant presque une minute. Personne ne parle, tout le monde retient son souffle, la tension monte de seconde en seconde. Puis Lucien sourit.

« Bon, j’avoue que c’est assez futé. » 

Lalande a l’air irrité. « Vous comprenez ce que ça veut dire ? »

« Mais oui », dit Lucien. « C’est vraiment facile. »

« Expliquez-vous », dit Lalande. « Où est-ce qu’ils vont ? »

« Vers le sud. »

« Il faut une surveillance aérienne des autoroutes, alors », dit Lalande. « Il n’y a pas tellement de voitures de cette marque sur les routes, on va les retrouver assez vite. »

« Pas du tout. On ne va pas les reconnaître. »

Lucien prend le papier et le met dans sa poche. « Mais ne vous faites pas de soucis, je vais les récupérer, vos voitures. Mais d’abord, il faut que je passe un petit coup de fil. »

« C’est moi, Gagnard. Je peux vous récupérer huit millions d’euros, si vous voulez », dit Lucien au téléphone.

« Vous avez bu ? », demande Deloitte, le directeur de la SAMO.

« Les voitures de luxe volées la nuit dernière … »

« Douze millions », l’interrompt Deloitte. « On vient de recevoir les déclarations de sinistres de douze concessionnaires. »

« Alors, grâce à moi, vous pouvez épargner douze millions. Mais à une condition : On oublie ce licenciement ridicule. » 

« Donnez-moi vos informations. »

« Il me faut d’abord une garantie écrite. »

« Regardez vos courriels dans un quart d’heure. »

Lucien quitte Lalande, après lui avoir dit qu’il comptait bien retrouver les voitures avant qu’elles ne disparaissent à l’étranger. Il est pressé, les voleurs des voitures ont sept heures d’avance sur lui.

La zone industrielle du port de Fos-sur-Mer est illuminée par des centaines de projecteurs superpuissants. Ici, on travaille jour et nuit sans interruption.

Aufgabe :
Hinweise

Wählen Sie Ihre Antwort durch Anklicken aus. Anschließend können Sie diese mit dem Button „kontrollieren“ überprüfen.

Qu´est-ce que l´OLYMPUS dans notre histoire?

un musée d´art antique
une montagne
un navire
un restaurant grec

Caché dans l’obscurité, derrière un petit bâtiment désaffecté, Lucien attend l’apparition des voitures. Il a dû louer une voiture puissante pour faire les huit cents kilomètres de route et organiser l’action ici sur place. Le capitaine  de la police portuaire  qui se tient à ses côtés est de plus en plus nerveux, mais Lucien est certain d’être au bon moment à la bonne adresse. Il fait un geste pour faire taire le capitaine. Le bruit d’un moteur puissant tournant à faible régime se fait entendre. Une seconde plus tard, la première voiture apparaît.

« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? », demande le capitaine. La voiture qui s’approche n’a ni les formes, ni la couleur d’une voiture de trois cent milles euros. Elle a plutôt l’air d’une vieille guimbarde. »

« Un camouflage sous forme de film adhésif pour ne pas être reconnu par la vidéosurveillance de l’autoroute. »

 « Si vous êtes sûr que cette voiture est la bonne, allons-y ! »

« On attend les autres », chuchote Lucien bien qu’il sache que le conducteur de la voiture ne peut pas l’entendre. Le capitaine donne l’ordre à ses officiers et commence à cocher les voitures sur sa liste selon les informations de Lucien. Deux fois, il n’est pas du tout certain du modèle, mais le bruit des moteurs trahit le camouflage. Quand les trente-six voitures volées sont passées devant eux, Lucien et le capitaine quittent leur cachette. Les arrestations sont effectuées par la police portuaire, Lucien se contente d’observer. 

« Nous avons reçu une lettre de remerciement de la police. » Le lendemain dans son bureau, M. Deloitte est très content. « Cette bande de voleurs rendait folles les forces de l’ordre depuis déjà deux ans. Mais dites-moi, Gagnard, comment est-ce que vous avez su quand et où récupérer les voitures ? »

Lucien sourit, mais ne dit rien. C’est lui, le spécialiste, et c’est pour ça que la SAMO devrait y réfléchir à deux fois avant de licencier le meilleur inspecteur de sinistres qui n’ait jamais travaillé pour l’entreprise. La prochaine fois, Lucien ne leur laissera pas de deuxième chance.

Aufgabe :
Hinweise

Wählen Sie eine der vorgegebenen Antworten aus. Anschließend können Sie diese mit dem Button „kontrollieren“ überprüfen.

Welche Begriffe rund um das Auto kennen Sie?
Finden Sie jeweils die richtige Übersetzung!

L´autoroute

le péage

la bagnole

la voiture de course

le volant

le restoroute

les essuie-glace

le phare

Aufgabe :
Hinweise

Schreiben Sie Ihre Antwort in das Textfeld. Anschließend können Sie diese mit dem Button „kontrollieren“ überprüfen.

Setzen Sie die Verben im Passé Composé ein!

Le cerveau (choisir)
les voitures à voler, une ou plusieurs personnes (mettre)
un papier sur les essuie-glaces de ces voitures et d´autres personnes (venir)
les voler. Pourquoi est-ce qu´on (faire)
un tel effort?
Aufgabe :
Hinweise

Schreiben Sie Ihre Antwort in das Textfeld. Anschließend können Sie diese mit dem Button „kontrollieren“ überprüfen.

Setzen Sie jeweils den richtigen der beiden vorgeschlagenen Begriffe in der richtigen Form ein!

1. (conduire, rouler) La voiture
à toute vitesse. C´est une femme qui
.
2. (regarder, voir) "
! Est-ce que tu
l´oiseau bleu là-haut?"
3. (écouter, entendre) "
, monsieur, je ne veux pas vous frustrer, mais on ne vous
pas avec tout ce bruit."
4. (entendre parler, entendre) Lucien
le téléphone sonner. Ce n´est pas la première fois qu´il
de voitures volées.

Herzlichen Glückwunsch!

Sie haben alle Übungen absolviert und den Online-Krimi „Le manteau de Zeus” von Jutta Profijt gelöst und dabei auch noch Ihre Sprachkenntnisse unter Beweis gestellt! 

Sie möchten noch weiterrätseln? Dann schauen Sie sich auch die anderen Online-Krimis an.

Sheila’s Sheep

Erwachsene mittelschwer

Where is June?

Anfänger und Kinder ab 10 Jahren

Dognapping

Jugendliche ab 13 Jahren und Fortgeschrittene

Le manteau de Zeus

Erwachsene mittelschwer

Verde traición

Erwachsene mittelschwer

Sprachkrimis auch als Bücher erhältlich

Link zu allen erhältlichen Sprachkrimi-Büchern